Frédéric Moncany de Saint-Aignan – Président du Cluster Maritime Français.

« Les mers et l’océan sont l’avenir de la France. La France a tous les atouts et le potentiel pour cela : deuxième zone exclusive économique mondiale avec plus de 11 millions de kilomètres carrés dont la moitié se trouve dans le Pacifique. Elle se situe directement après celle des États-Unis et s’étend sur l’ensemble des continents et au bord de quasiment toutes les mers du monde. En France, la mer représente une économie maritime de 94 milliards d’euros d’activité en 2019. C’est plus de 350 000 emplois directs, sans compter les emplois liés au tourisme littoral.
La mer est source d’activités à forte valeur ajoutée. Aussi divers et variés, les secteurs économiques qui l’accompagnent peuvent se décliner. Certains d’entre eux sont traditionnellement maritimes tels que le transport, la pêche, l’industrie navale, le nautisme, les télécommunications, les câbles sous-marins et les ressources énergétiques. Mais d’autres secteurs émergent à l’image des ressources minérales, des activités touristiques et nautiques sur le littoral, des biotechnologies, des énergies marines renouvelables et de l’aquaculture. Toutes ces activités sont soutenues par des entreprises maritimes françaises, leaders mondiaux dans leur domaine.

Avec la pandémie de la Covid–19, la filière maritime, dans sa grande diversité de secteurs, a traversé et traverse encore une épreuve sanitaire et économique d’ampleur jamais vue. L’ensemble des acteurs du secteur maritime et portuaire a maintenu ses dispositifs opérationnels à 100%. Cela était indispensable car c’est ce qui a permis à notre pays de tenir. Le marin, et citoyen que je suis, souhaite à nouveau saluer la mobilisation de ces acteurs maritimes et portuaires durant ce contexte très difficile. On a pu mesurer, à la lumière de cette crise majeure, le caractère essentiel et stratégique de ces secteurs clefs de l’économie maritime française qui ont répondu aux besoins de la Nation. J’ai aussi une pensée très particulière pour tous ces marins de la marine marchande qui sont « coincés » sur leur navire et ne peuvent être remplacés par suite des fermetures de frontières.
L’engagement du Gouvernement à mettre en place les outils nécessaires au développement d’une politique maritime nationale ambitieuse s’est illustré avec la création du ministère de la mer. Dans le cadre du plan de relance, au moins 650 millions d’euros vont être alloués à la filière maritime en lien avec les ministères concernés. Ils pourront être mobilisés autour de trois priorités : une transition écologique et énergétique, une réaffirmation de notre souveraineté économique et de notre indépendance technologique et une relance qui concerne tous les territoires, l’hexagone et nos Outre-mers.

Les mers et océans sont une filière d’avenir pour la France. Je m’adresse aux jeunes, aux personnes en reconversion, aux demandeurs d’emploi : formez-vous dès aujourd’hui aux métiers qu’offre la filière maritime : ce sont des secteurs passionnant, porteurs, leaders et essentielles pour la Nation. ».

 

Frédéric Moncany de Saint-Aignan
Frédéric Moncany de Saint-Aignan – Président du Cluster Maritime Français